La plante de cannabis comme médicament

La plante de cannabis, un remède de grand-mère

L’utilisation médicale de la plante de cannabis ne date pas d’hier: le cannabis thérapeutique est employé depuis des millénaires. Déjà, en 2737 avant J.C., un traité sur les plantes médicinales en Chine, le Shennong pên Ts’ao ching, mentionne que l’empereur chinois Shen Nong emploie de la résine produite à partir de de la plante de cannabis comme remède contre la constipation, des troubles gynécologiques, la goutte, les rhumatismes, le paludisme, le béribéri (cause par un déficit en vitamine B1) ou simplement en cas d’absences. D’autres preuves remontent même jusqu’à environ 3500 ans: le papyrus Ebers provenant d’Egypte, un des textes les plus anciens encore conservé, recommande l’utilisation de ce plante pour soigner des problèmes d’ongle de pied.

Hildegard von Bingen (1098-1179) évoque le cannabis comme remède dans ses écrits. Au temps de Napoléon, le cannabis est employé comme anti-douleurs et sédatif et afin de soulager les crampes. Le cannabis thérapeutique se trouvait alors déjà transformé sous diverses formes: en sirop contre la toux ou contre l’anti-indigestion, ou par exemple, comme coricide. Il est, depuis la nuit des temps, un des extraits de plantes le plus communément administré dans le monde entier.

Au début du 20ème siècle, le cannabis médical disparaît soudainement du marché. Des lois interdisant son utilisation dans un cadre thérapeutique sont adoptées. Il est considéré dangereux pour la santé, et il est supplanté par la propagation de remèdes considérés comme moins toxiques et plus efficaces. Des rumeurs circulent comme quoi cette explication n’est pas véridique. Le présent article ne traitera pourtant pas de ce sujet, – de toutes ces raisons pour lesquelles l’utilisation du cannabis médical fut soudainement réprimée. Beaucoup d’informations sont disponibles à ce sujet sur internet, si vous voulez satisfaire votre curiosité.

La recherche moderne sur le cannabis

En 1964, la modernité voit la recherche sur le cannabis se développer: cette date est celle de l’isolement des cannabinoïdes psychoactifs principaux delta-9-THC. En 1980, on découvre la présence du système endocannabinoïde (ECS) chez tous les mammifères. Ceci entraîne de plus amples explorations scientifiques à propos de l’ECS et de ses récepteurs et ligands. Ceci permet de comprendre de manière plus avancée les effets des différents cannabinoïdes sur l’organisme. Deux récepteurs cannabinoïdes furent alors localisés: les récepteurs CB1 et CB2. 1992 voit la découverte de l’anandamide, une substance chimique produite par le système nerveux central lui-même et adhèrent au récepteur CB1.

En 1998, l’avancée en terme de synthétisation du principal composant actif du THC permet son intégration à des préparations médicales synthétiques pouvant être prescrites à des fins thérapeutiques – le cannabis médical revoit le jour sous des formes nouvelles. Depuis 2011, des parties spécifiques de la plante de cannabis (les bourgeons, appelés après transformation marijuana) sont autorisées dans la production de cannabis médical. Depuis 2017, certains pays d’Europe ouvrent leur législation concernant le cannabis médical: la prescription du cannabis n’est plus un tabou. Certains coûts commencent même à être pris en charge par les compagnies d’assurance maladie.

Ceci dit, la recherche sur le cannabis thérapeutique, c’est-à-dire sur les cannabinoïdes en rapport à une fin thérapeutique, a encore beaucoup à faire. Ce champs d’investigation est dynamique; ce sujet va s’avérer passionnant dans les prochaines années. Une chose est claire, il ne sera plus possible de rayer de nouveau le nom de cannabis du domaine médical: les recherches et études rendant compte des effets positifs de la plante de cannabis sont bien trop nombreuses.

Qu’est-ce qui rend la plante de cannabis si spéciale?

La plante de cannabis ou plante de chanvre contient plus de 480 ingrédients, parmi lesquelles se trouvent cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes. Les cannabinoïdes sont les composants responsables des effets positifs de la plante. À ce jour, 113 cannabinoïdes ont été isolés. Le cannabinoïde tétrahydrocannabinol (delta-9-THC) reste bien entendu, le plus connu et fait l’objet du plus grand nombre de recherches. On connaît bien cette substance à cause de son effet grisant. Le cannabidiol ou CBD est le second cannabinoïde présent en grande quantité dans la plante de cannabis ou de chanvre. Ses effets et caractéristiques diffèrent grandement de ceux du THC, et il n’a aucun effet grisant. Consultez notre page sur les cannabinoïdes majeurs pour un aperçu plus complet.

Ces effets qu’ont les cannabinoïdes

Les cannabinoïdes influent et interagissent avec des récepteurs de l’ECS présents dans tout le corps (au niveau du cerveau, du système nerveux, des organes, tissus, et tube digestif, etc.). Ils occupent ces récepteurs, les CB1 et CB2, et activent la transmission de signaux dans la cellule sur laquelle ces récepteurs sont placés. Ces cannabinoïdes agissent ainsi dans l’organisme comme un neurotransmetteur ou une hormone. La différence avec les endocannabinoïdes (les cannabinoïdes produits par l’organisme lui-même) consiste en ce que les cannabinoïdes d’origine végétale miment l’effet des endocannabinoïdes.

Les cannabinoïdes affectent le système limbique situé dans le cerveau. Cette partie du cerveau a à faire avec la mémoire, la perception et la psychomotricité. Il agit physiologiquement aussi sur le système mésolimbique, qui, lui, intervient de manière critique dans le développement de l’émotion “plaisir”, ainsi que dans les régions douloureuses.

La différence entre cannabis médical (médicinal ou médicament à base de principes actifs issus de la plante de cannabis) et cannabis à usage thérapeutique

Une difference capitale

Comme le suggère le titre de cette section, les médicaments au cannabis (cannabis médical) ne désignent pas la même chose que l’expression “cannabis à usage thérapeutique”. La distinction entre ces termes est primordiale. Nous abordons dans les paragraphes suivants cette différence qu’il est capital de comprendre.

Qu’est-ce que le cannabis médicinal ou médicaments au cannabis?

Les plantes ne peuvent pas être brevetées. Et le fonctionnement de l’industrie pharmaceutique se base sur l’établissement de brevets. Les entreprises de l’industrie pharmaceutique tentent produire artificiellement -de synthétiser- les différentes composantes et substances chimiques présentes dans les plantes de chanvre et de cannabis afin de pouvoir poser des brevets. De nombreux composés chimiques de la plante ont déjà été synthétisés avec succès. Ces cannabinoïdes artificiels sont par la suite utilisés dans l’élaboration et la production de médicaments au cannabis: ils sont en général associés à d’autres composés chimiques, pouvant avoir de forts effets secondaires et indésirables.

Il existe pourtant aussi des médicaments au cannabis approuvés, i.e. contenant des cannabinoïdes naturels (extraits de la plante). La visée du médicament industriel nécessite l’ajout de diverses autres substances produites synthétiquement. Se pliant à la législation sur le cannabis, ce “cannabis médical” est disponible uniquement sur prescription. Le cannabis médicinal contient le plus souvent du THC, la substance aux effets psychoactifs. Cette substance est absente de l’huile de CBD, bien qu’il puisse en subsister des traces infimes, à cause du processus de fabrication. Celles-ci restent bien toujours inférieures à 0,2%, la limite légale.

Les médicaments approuvés et disponibles sur ordonnance contenant des extraits de la plante de cannabis ne sont malheureusement constitués qu’en faible proportion de cannabinoïdes, et ceux-ci sont artificiels, fabriqués en laboratoire. Il n’y a là, plus rien de bien naturel.

Le cannabis thérapeutique ou plutôt employé de manière thérapeutique

Pourquoi synthétise-t-on les substances végétales?

La raison en est simple: l’avidité des profits des sociétés pharmaceutiques. La normalisation ne concerne que les substances artificielles. Il est difficile, voire impossible de normaliser une substance naturelle d’origine végétale. Mais, il est bien préférable pour le consommateur de s’orienter vers des produits présentant des substances végétales, d’origine exclusivement naturelle. C’est le seul moyen pour le consommateur d’être assuré de l’effet du produit.

Le cannabis utilisé de manière thérapeutique diffère donc fondamentalement du cannabis médical. S’y trouvent EXCLUSIVEMENT les composant actifs NATURELS de la plante de cannabis. Aucun produit chimique n’y est ajouté, aucun des composants bénéfiques de la plante n’y sont soustraits. La culture biologique de la plante de chanvre se fait sans aucun produit chimique (ni engrais, ni pesticide, ni herbicide). Les cannabinoïdes, ces substances végétales aux maintes vertues thérapeutiques peuvent être extraites de la manière la plus douce possible. Une fois extraites, elles sont mêlées à une base huileuse ou une teinture, qui elle-aussi est d’origine purement naturelle; la meilleure option étant l’huile de graines de chanvre pressée à froid.

Tous les ingrédients bénéfiques pour la santé de la plante de cannabis ou de chanvre sont ainsi préservés: le produit, ce remède à base de cannabinoïdes, et dans notre cas de cannabidiol reste le plus naturel possible.

Les formes galéniques du cannabis

Le cannabis thérapeutique se trouve sous différentes formes pharmaceutiques. La plupart de ces formes restent illégales, du fait de leur teneur en delta-9-THC. Delta-9-THC est une substance psycho-active relèvent de la loi française et européenne sur les stupéfiants. Elle est interdite à la consommation et au commerce. Le législation n’autorise que les produits dont la teneur en THC est inférieure à 0,2%.
Il est possible de trouver des extraits de la plante de cannabis sous les formes suivantes:

  • Tabac (fumer, chique)
  • Vaporisateur (inhalation)
  • Teintures liquides
  • Produits alimentaires (ingestion)
  • Comprimes à sucer
  • Huiles (ingestion, par voie sublinguale ou par voie externe)
  • etc.

Utilisation du cannabis comme remède

Les effets possiblement bénéfiques du cannabis

De nombreuses recherches et études sur le cannabis médicinal attestent d’un effet positif des cannabinoïdes, des études cliniques détaillées et menées sur le long terme font encore défaut. La recherche moderne à ce sujet n’en est encore qu’à ses balbutiements. C’est pourquoi le titre du présent paragraphe mentionne des effets “possiblement” bénéfiques de l’utilisation des extraits de la plante de cannabis en tant que remède. Nous citons de nombreuses études menées sur le cannabidiol (CBD) dans le cas de diverses maladies dans notre article portant sur l’huile de CBD. Les informations qui suivent proviennent de Wikipedia.

Le cannabis semble avoir de nombreux effets bénéfiques pour la santé, et ce également dans le cas des animaux (voir l’huile de CBD pour animaux). Les extraits de cannabis sont semblent-ils couramment consommés à fins thérapeutiques dans les cas de maladies entraînant douleurs chroniques et/ou spasmes musculaires (comme, par exemple, l’épilepsie). Celui-ci devrait également s’avérer utile contre les nausées (surgissant, par exemple, lors de chimiothérapies), la perte d’appétit (par exemple, dans la phase symptomatique du SIDA) et les tics (comme, par exemple, pour le syndrome de Tourette). Les remèdes contenant les principes actifs du cannabis peuvent être, semble-t-il, recommandés dans des cas d’insomnie, d’anorexie, d’arthrite, de migraine et de glaucome.

Les différents cas d’utilisation du cannabis en tant que médicament

Voici un aperçu des maladies et troubles de la santé dont le cannabis médical semble soulager les conditions:

  • nausées et vomissements
  • douleurs chroniques
  • troubles de l’appétit
  • migraine
  • insomnie
  • anxiété et crises de panique
  • indigestion
  • problèmes moteurs
  • anorexie
  • arthrite
  • épilepsie
  • glaucome
  • psychose
  • stress post-traumatique
  • diabète de type 1
  • cancer
  • maladie d’Alzheimer
  • chorée de Huntington
  • maladie de Parkinson
  • syndrome de Gilles de la Tourette
  • sclérose en plaques (SEP)
  • sclérose latérale amyotrophique (SLA)
  • fibromyalgie

Effets secondaires possibles du cannabis médical

Le cannabis médical n’a généralement pas d’effets secondaires importants. Les principaux effets secondaires liés à la prise de remèdes contenant du cannabis sont: fatigue, vertiges, vomissements, effets cardiovasculaires et psychoactifs. Habituellement, ces effets secondaires s’estompent à l’issue d’une période d’adaptation pouvant durer de quelques jours à quelques semaines, selon le dosage et le cas dans lequel ils sont employés. Durant cette période, évitez la conduite et l’utilisation de véhicules et/ou machines. Une fois acclimaté à la prise de cannabis médical, vous pouvez sans problème reprendre ces activités à la normale.

Si votre dosage est faible, les effets secondaires ont plus de chance de rester moindres. Une déficience cognitive due à la consommation de cannabis médical sur le long terme chez l’adulte est peu probable car les doses administrées habituellement sont insuffisantes. Chez les adolescents et enfants, la posologie doit être sujette à precaution: leur sensibilité au traitement à long terme augmente les chances et l’intensité des effets secondaires.

Bien que le cannabis médical puisse en general aider à soulager les nausées et les vomissements, il peut, dans le cas d’un traitement à long terme, provoquer nausées et vomissement en tant qu effets indésirables.
Voici la liste des effets secondaires, ne survenant pourtant que rarement:

  • démangeaisons
  • secheresse buccale
  • contractions musculaires
  • vertiges
  • hallucinations
  • dérèglement orthostatique

Conclusion

Le cannabis à usage thérapeutique se révèle relativement sûr à l’utilisation; les effets secondaires associés restent tolérables. Cependant le manque d’études sur plus long terme est à noter, et celles-ci doivent être effectuées afin de pouvoir confirmer l’innocuité sur le long terme des bienfaits des cannabinoïdes. Le potentiel de l’utilisation du cannabis médical pour traiter des maladies semble énorme. Nous pouvons rester aux aguets: la recherche médicale pourra sûrement nous en dire plus dans un avenir proche.

Mais il vous faudra toujours faire attention en ce qui concerne l’utilisation de substances synthétiques ou fabriquées en laboratoire: elles nous semblent fortement à déconseiller dans le cas de l’usage du cannabis à une fin thérapeutique. Tournez-vous vers les suppléments à base de plantes pures. Employez le cannabis en usage thérapeutique et non les médicaments au cannabis synthétique!